Galas - 2012

L’ARRC, les amis et riverains de la rivière Châteauguay, tenait son 3è Gala annuel le 1er novembre dernier.

L’agriculture a constitué le grand thème de la soirée animée par la comédienne France Pilote.

Code d’éthique:

La présidente fondatrice de l’ARRC, Marie-Klaudia Dubé, a exprimé «la joie de partager ce désir de retrouver notre rivière en santé.» Elle a précisé que l’organisme s’était doté d’un code d’éthique. «Sa mise en application ne pourra permettre aucun écart de conduite de la part de nos bénévoles.»

Après Châteauguay et Mercier, deux des deux nouvelles Municipalités ciblées dans son plan d’action 2012-2017 étaient représentées à cette soirée. Sainte-Martine était également représentée. Maude Laberge représentait le maire monsieur Candau. Une table complète était réservée par les élus de Sainte-Martine. Monsieur Stéphane van Sandert, conseiller municipal, en compagnie de madame Jocelyne Madore et Carole Chabot étaient là pour représenter la Municipalité d’Ormstown. «Fils d’agriculteur, je n’aime pas dire qu’il y a de la pollution agricole mais ça existe», a exprimé Stéphane van Sandert.

Entre autres conférenciers, Priscilla Garreau, biologiste et docteur en environnement de l’organisme Ambioterra qui œuvre depuis 2009 à protéger et à restaurer la qualité de l’eau de la rivière des Anglais, un des tributaires les plus problématiques de la rivière Châteauguay. «Nos résultats démontrent que la qualité de l’eau en amont, près de la frontière, est bonne, alors qu’elle devient mauvaise en aval. Ceci démontre que c’est la portion québécoise qui la contamine», a-t-elle observée. Les principales menaces pour les poissons sont l’érosion, la sédimentation, l’eutrophisation, la contamination de l’eau et l’insuffisance de la superficie des bandes riveraines.

Pour sa part, Jean- François Martel, biologiste pour le Rappel organisme spécialisé dans le domaine, renchérissait en mentionnant que sur 27 km de rives de la Châteauguay étudiés, 48 % était moyennement ou fortement dégradées.

Tous semblent d’avis que la majorité des producteurs sont conscients de la situation et font des efforts pour améliorer leurs pratiques. Du nombre, Lionel Dubuc, de la ferme laitière Dul-Bac de Mercier, a fourni des exemples d’aménagements réalisés sur sa terre pour réduire l’érosion. Dul-Bac est très proactif en ce qui a trait à ses méthodes durables de production agricoles.

Prix chêne:

L’ARRC a décerné un prix chêne à la ferme Remburn, propriété de Carl et John Rember, à Ormstown, pour sa contribution de longue date à l’assainissement de la rivière. «J’espère que mon petit-fils d’un mois pourra un jour nager dans la rivière», a commenté Jeff Rember en recevant le prix au nom de l’entreprise.

Dans la catégorie entreprise, le concessionnaire Hyundai de Châteauguay remporte la palme. Son président, Jean Leblanc, a encouragé les autres commerçants à emboiter le pas. «En 2013, nos 39 employés vont donner deux heures de bénévolat chacun. Ce n’est pas beaucoup mais si chaque entreprise fait ça on va faire quelque chose de bien», a-t-il déclaré. «Nous allons aussi verser à l’ARRC 5 $ par auto vendue. Ça pourrait représenter environ 6000 $». M. Leblanc a souligné que l’organisme avait une masse salariale égale à 0. «C’est juste du bénévolat.»

Dans la catégorie industrielle, Maclean Power Systems, de Châteauguay, a reçu le prix pour sa contribution à l’aménagement d’un quai à Mercier. Son président Jean-Pierre Guay a mentionné que, pour chaque journée de bénévolat son entreprise offrait une journée de congé à ses employés. Lui aussi espère que le geste en inspirera d’autres. M. Guay a aussi été nommé membre honoraire de l’ARRC.
Dans la catégorie ville, Mercier a obtenu un chêne pour le soutien accordé au projet de quai concrétisé

Veuillez télécharger notre livret du gala

     

 

   
 
ARRC - Les Amis et Riverains de la Rivière Châteauguay - © 2012